Les  organisations et plateformes  de la  société civile membres du GESOP et autres parties prenantes apportent leurs contributions et commentaires  au rapport sur l’évaluation  à la CDN révisée

La salle des conférences du Cercle d’Appui à la  Gestion Durable des Forêts a servi de cadre le 15 juillet 2022 à l’atelier  de validation du rapport d’évaluation de la prise en compte des contributions des organisations de la société civile dans  la  Contribution Déterminée au niveau National (CDN).

 Cet atelier  a été réalisé en présentiel avec une participation  du consultant en ligne qui a fait la présentation de la synthèse du rapport.

Les participants

Dans sa présentation, le consultant a indiqué que le rapport concerne trois pays dont la société civile a produit des notes de contribution au processus de révision des CDN notamment la République du Congo, la RDC et la Centrafrique. Mais l’évaluation a été complétée par quatre autres pays notamment le Cameroun, le Ghana, le Libéria et le Vietnam   qui sont des pays engagés  dans le processus APV Flegt et qui ont révisé leurs CDN. IL s’est agi précisément  de prendre connaissance du document rédigé par le consultant international et voir  le dégré  de prise en compte  les contributions formulées par  les organisations et plateforme de la société civile  dans les CDN révisées dans les pays ci-dessus cités.

L’objectif  principal de ce document rédigé par le consultant international et  soumis à l’attention de la société civile  est d’évaluer  les CDN  sous l’optique  de la gouvernance forestière et de proposer des recommandations sur la manière dont les gouvernants peuvent mieux intégrer les mécanismes et les objectifs de gouvernance forestières dans leurs mesures  d’atténuation et d’adaptation. Au cours de cet atelier les participants  ont  donc planché sur le draft du rapport d’évaluation sur la prise en compte des contributions de la  société civile dans les CDN révisées ébauché par le consultant international. Dans ce rapport, un accent a été mis sur   la foret  et  sa gouvernance  en utilisant les  indicateurs  et rapports  de l’ONG internationale Ferm.  Les participants ont  apporté  des  amendements surtout dans les secteurs non pris en compte par la CDN soumise en 2015 par la République du Congo qui constituent des innovations pour la CDN révisée.  C’est le cas  du genre, des droits de l’Homme, la transparence, la coordination multi sectorielle.

Les participants ont proposé d’insérer dans l’analyse  les forêts de plantations qui font du reste un million d’hectares  et qui ont un grand rôle à jouer dans la lutte contre les changements climatiques;   les aspects liés à la finance climatique ainsi que le MRV (surveillance des forêts).

Le  président  du Rassemblement pour la Paix et les Droits de l’Homme, Christian Mounzéo  est revenu sur les contributions apportées par   les organisations  de la société civile dans cette CDN révisée: Il a précisé que  « la CDN de 2015 n’avait pas pris en compte la participation de la société civile, la CDN actuelle  prend en compte la participation des communautés locales et des populations autochtones, la participation  de la société civile dans la contribution aux réflexions, l’opportunité pour la société civile  de pouvoir faire le suivi de la mise en œuvre de cette CDN mais également des aspects liés aux droits de l’homme, aux droits des communautés locales  qui sont pris en compte dans cette nouvelles CDN, les aspects liés aussi aux genres, le suivi et évaluation de ce processus et nous considérons que pour cette fois-ci le point de vue de la société a été audible par ce que son opinion a été pris en compte, peut-être pas en totalité, mais c’est acceptable.  Nous continuons à travailler pour que au-delà des engagements qui ont été pris que la CDN révisée soit mise en œuvre effectivement »

Faisant le point des contributions formulées par les participants, Nina Cynthia KIyindou YOMBO, chargée du programme ressources naturelles et communautés forestières à l’OCDH, a fait souligné que des  contributions directes sous forme de tract change mais aussi des commentaires ont été apportés sur, les aspects non épinglés par le consultant.»

De son côté, le consultant international a pris acte des contributions des membres du GESOP et autres parties prenantes et il  a promis  de les intégrer  dans le rapport d’évaluation qui est en cours de finalisation.

En clôturant les travaux  de cet atelier de validationdu rapport d’évaluation de la prise en compte des contributions des organisations de la société civile dans  les  Contributions Déterminées au niveau National (CDN),  le directeur exécutif de l’OCDH, Franck Chardin Aubin TCHIBINDA, a remercié les participants pour le travail abattu et pour les riches contributions  qu’ils ont apportées au draft du rapport  et il a  souligné que : « nous attendons le retour de Camille pour qu’ensemble nous puissions avoir  le document final du travail que nous avons fourni aujourd’hui ».

Image placeholder

Germain Ayina

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.