Urgent:

 Les experts au chevet de la forêt congolaise

Les parties prenantes ont procédé durant deux jours à la faveur du forum à l’autopsie de la gouvernance forestière pour dégager les défis et opportunités d’amélioration de la  foret congolaise

Après l’Indonésie en 2021, Brazzaville  a accueillie pour la deuxième fois sur son sol, le Forum sur la Gouvernance forestière qui s’est   tenu du 23 au 24 mai 2022. Cette rencontre majeur organisée par le Centre pour le Développement International (CIDT) de l’Université de Wolverhampton,  a été  placée sous le  parrainage de Mme  Rosalie Matondo Ministre de l’économie forestière, avec l’appui financier de l’Union Européenne, du Foreign Commonwealth & Deveopment Office (FCDO), de l’Agence Norvégienne pour le Développement (NORAD) entre dans le cadre du programme Norway’s International Climate and Forest Initiative (NICFI) et elle a regroupé  en présentiel et en ligne, environ 250 participants venus de divers horizons.  

Après les discours qui ont  ponctué la cérémonie d’ouverture notamment celui de Lilian Barros Représentant du Comptoir  Juridique Junior ; du  Professeur Philip Dearden Représentant de l’Université de Wolverhampton, le mot de circonstance de son excellence Giacomo DURAZZO, Ambassadeur de l’Union Européenne en République du Congo et le discours d’ouverture Madame Rosalie MATONDO, Ministre de l’Economie Forestière
de la République du Congo, les participants ont eu droit à un panel de Haut niveau  portant sur le processus des réformes du secteur forestier en République du Congo. Sous la conduite  de M. Symphorien Azantsa, Facilitateur Flegt en République du Congo. Ce panel a été composé de :
• Madame Rosalie Matondo, Ministre de l’Economie Forestière, République du Congo
• Son excellence Giacomo DURAZZO, Ambassadeur de l’Union européenne en République du Congo
• Dr Raymond Mbitikon, Co-Facilitateur, partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo
• Monsieur Grégoire Nkeoua, représentant de UNICONGO en  République du Congo
• Mme Inès Gady, Comptoir Juridique Junior (CJJ).

Au total, trois  sessions ont été organisées, le  premier jour notamment la session 1 sur la mise à jour sur le FLEGT et les processus régionaux de gouvernance forestière ; la session 2 sur la lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts du bassin ; la session 3 sur le suivi indépendant des forêts : mise à jour et orientations futures.

Le deuxième jour, une  4èmè  session spéciale sur la coopération Chine-Afrique pour promouvoir le commerce des produits forestiers durables et les investissements verts du point de vue de la recherche et des pratiques du programme China-UK, la collaboration on International Forest Investment & Trade (InFIT) a eu lieu avec Pékin, Chine, par vidéoconférence.

Une 5ème session  sur comment s’appuyer sur la COP26 pour défendre une action climatique inclusive et ambitieuse a été tenue avant que les participants s’inscrivent dans les sessions parallèles qui ont porté sur : 

  • Session 6A: Renforcement de l’application de la loi et de la lutte contre la criminalité forestière, la criminalité liée aux espèces sauvages et la corruption ;

  • Session 6B: Outils développés par le Programme de gestion durable de
    la faune sauvage en République du Congo et au-delà (Bureau sous
    régional de la FAO)
  • Session 7A: Forêts, Aménagement du Territoire et Développement
    Local ;
  • Session 7B : Engagement des parties prenantes dans la restauration,
    la conservation et le suivi des paysages
  • Session 8A: Vers une efficacité accrue de la surveillance
    indépendante des forêts ;
  • Session 8B: Participation effective des peuples autochtones et des
    communautés locales et intégration du genre dans la gouvernance forestière.

 Soulignons que l’OCDH, membre du consortium des organisations mettant en œuvre le projet PASGOF- SNOIE a participé avec brio à ce forum relatif à la  gouvernance forestière en tant que paneliste à la 5e session  sur comment s’appuyer sur la COP26 pour défendre une action climatique inclusive et ambitieuse,

Présidée par Amarys Preuss, qui a porté sur
• La version révisée des CDN au niveau national : Quel est l’intérêt pour les forêts, les droits et les moyens de subsistance ?, Alice Bisiaux et Jim Djontu, European Forest Institute (EFI) et Camille André, chercheur indépendant
• Renforcer la gouvernance et l’impact du financement climatique pour les forêts, Marie-Ange Kalenga, Fern et Brice Boehmer, Transparency International
 à travers

  • Court métrage de Fern sur l’importance de clarifier les droits fonciers dans l’action sur le climat
    • Études de cas :
     La REDD+ et le financement climatique sont-ils bénéfiques aux communautés locales et aux peuples autochtones de la République du Congo ? par Christian Mounzéo, Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) ;
     La veille communautaire : un outil de participation des communautés aux efforts sur le climat, par Nina Cynthia Kiyindou Yombo, Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH).


L’OCDH a également présidée par l’entremise de Nina Cynthia KIYINDOU YOMBO  la session parallèle 8B sur la participation effective des peuples autochtones et des communautés locales et intégration du genre dans la gouvernance forestière.

 Cette session avait pour contenu :
• Effectivité et efficacité des Fonds de Développement Local en République du Congo, par Maixent Fortunin Agnimbat Emeka, FGDH
• Contribution de la foresterie communautaire dans la lutte contre le changement
climatique, par Trésor NGILIMA, APEM, GTCRR
• Opportunités d’intégration du genre dans la REDD+, par  Igerha Bampa, GTCRR, RDC
• Participation des femmes à la gestion des terres et des ressources naturelles au
Cameroun – biodiversité, la restauration des paysages et le plaidoyer communautaire, par Laurence Weteh Soh, FODER, Cameroun.

L’OCDH a aussi procédé à la prise de note pour l’élaboration des comptes rendus de certaines  sessions et a réalisé une interview sur les réformes dans le secteur forestier.

 Après la tenue de toutes les sessions tel que indiqué,  les participants ont adopté avec amendements, le communiqué final sanctionnant les travaux de la  13e édition du Forum sur la Gouvernance forestière.  Profitant de l’occasion, le Professeur Philip Dearden Représentant de l’Université de Wolverhampton a souligné que  cet événement marque aussi la célébration des cinquante ans d’existence de CIDT et il  a par la suite remercié tous les partenaires pour leurs appuis multiformes  qui ont permis à CIDT de se distinguer.  

Les travaux de ce forum ont été clôturés  par Bienvenu Babela,   Directeur de cabinet de la Ministre de l’économie forestière.

Image placeholder

Germain Ayina

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.