Les représentants des associations des droits de l’homme formés en gestion administrative et financière

Le Centre d’Information des Nations Unies a servi de cadre durant trois jours, soit du 8 au 10 septembre 2021, à la formation en gestion administrative et financière des représentants des organisations des droits de l’homme. Cette formation organisée par l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme a été dispensée par les membres de l’association Initiative Développement des Projets Solidaires.

Durant cette formation, qui entre dans le cadre du projet dénommé Prévenir et Agir Contre la Torture et les Détentions Arbitraires Ensemble PACTE en abrégé et co-financé par l’Union Européenne et NED,  les participants, près d’une vingtaine, ont été édifiés sur plusieurs thématiques au nombre desquelles les fondamentaux  de la gestion administrative et financière ;  la gestion administrative et la mise en place des procédures ; le contrôle interne et l’audit ; l’élaboration d’un budget et le suivi budgétaire ; le reporting financier. En fait, cette formation a eu pour objectif principal  de renforcer les capacités du personnel des organisations de la défense des droits de l’homme à disposer des compétences de base sur des outils de gestion  administrative et financière afin que ce personnel soit en mesure d’élaborer les rapports financiers.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

De façon spécifique il s’est agi de renforcer les connaissances  et savoir faire des Organisations de Défense des Droits de l’Homme dans la maitrise des règles de base de la gestion administrative et financière  afin de les doter d’un système comptable  financier et transparent  et de rendre ces acteurs aptes à élaborer un budget et un suivi budgétaire de leurs projets de terrain puis à rédiger les rapports financiers de façon correcte et suffisamment détaillée ; d’appuyer ces acteurs pour minimiser les risques de gestion des fonds par l’application des recommandations et par le diagnostic personnalisé.

Les formateurs ont édifié les participants sur la gestion administrative et financière au travers des communications interactives mais aussi par des exercices en groupe. Cette formation a du reste ravi les participants qui n’ont pas caché leurs satisfactions : « je suis madame Ninon Bakebi, du Cercle Uni pour les Droits de l’Homme et la Culture pour la Paix,  pour moi, cette formation je l’ai beaucoup attendue par ce qu’elle va vraiment me servir par ce que c’est le premier projet que je gère. Les connaissances, j’en avais pas assez  je pense qu’à l’issue de cette formation, j’ai acquis  une bonne vision concernant le projet. Cette formation va changer réellement ma façon de travailler, un éclaircissement des données que je n’avais pas au paravent, je pense que cette fois-ci les nouvelles connaissances que je viens d’acquérir vont vraiment me permettre de bien réaliser mes projets. »

Cet avis est partagé par Roxel Koutedissa de l’Association  pour les Droits de l’Homme et l’Univers Carcéral qui pense que : « la formation s’est très bien déroulée, on nous a appris de nouvelles choses, nous avons appris beaucoup de choses comme la gestion du journal de la caisse et le journal de la banque. Pour moi qui ne suis pas comptable dans notre organisation, c’est des choses que je viens de découvrir. Au cours de cette formation nous avons aussi appris qu’il est indispensable d’avoir un relevé de compte dans l’association. En tous cas, cette formation va améliorer notre façon de gérer. »

Et pour André Pemba Bouetoumoussa de l’Association pour la Vulgarisation du Droit au Cœur de la Société, cette formation est arrivée au bon moment : « Cette formation axée sur la gestion administrative et financière arrive à point nommé par ce que notre association est bénéficiaire du projet PACTE.

Et cette formation nous a permis de nous approprier des outils

nécessaires pour nous rendre plus efficace sur le terrain. Quand on parle de projet on voit les finances, donc il faut gérer de façon rationnelle les finances ceci, pour le bon fonctionnement de l’association. En somme, cette formation nous a permis d’acquérir des pratiques de gestion convenable et de corriger aussi nos failles  par ce que dans le cadre de cette formation nous avons décelé des failles que nous sommes en train de corriger au travers des informations mises à notre disposition par les formateurs afin que nous fassions un bon travail sur le terrain, ceci pour la satisfaction des partenaires. »

La formation  a été dispensée par l’association Initiative Développement des projets solidaires, le directeur de cette association au Congo, Alexis Bourges estime que : «  il y a eu  une implication des  Organisations pour la Défense des Droits de l’Homme au cours de cette formation, on sait qu’il y a eu beaucoup d’interactions des cascades ils posent de nombreuses questions pertinentes. C’est également intéressant pour l’OCDH pour voir comment ces cascades réagissent  et cela est bon pour tous afin qu’on progresse bien sur nos pratiques. On espère que les cascades auront une gestion administrative et financière plus solide car notre objectif est de se rapprocher du projet PACTE afin que ces associations mènent des projets plus impactant. »

Alexis Bourges dont l’association  a dispensé cette formation grâce à sa réussite de  l’appel à candidature lancée  par l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme et  Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme, a par ailleurs dit que son organisation  va continuer à suivre ces associations dans la mise en œuvre des connaissances acquises.

En clôturant les travaux de cette  formation, le directeur de l’OCDH, Georges Nguila, a  remercié les formateurs pour la méthodologie  adopté durant les travaux, il a par ailleurs exhorté les participants à  utiliser les documents qui leur ont été remis afin que la formation qui leur a été dispensée soit utilisée à bon escient.

Cette formation a connu la participation des représentants de cinq associations notamment l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme ; l’Association les Amis des Enfants ; l’Association pour les Droits de l’Homme et l’Univers Carcéral ; l’Association Horizon d’Action Futures ; l’Association pour la Vulgarisation du Droit au Cœur de la Société ; le Cercle Uni pour les Droits de l’Homme et la Culture pour la Paix.

                                                     Ghislain Germain AYINA

Image placeholder

Germain Ayina

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.